Logo Association Eric Tabarly

Vos témoignages

image par défaut

Unal Patrice

Régate La Trinité – Cowes , Juillet 2018 -

Rendez-vous dimanche soir à La Trinité au quai des grands voiliers !
Le jour dit, nous retrouvons Pen Duick III amarré sur ce quai prestigieux, entouré de bateaux de courses renommés.
Nous sommes huit à bord de Pen Duick III Maxime le skipper, Brivaël le second, Tanguy le navigateur/tacticien, Tim le matelot bondissant et efficace, et 4 membres de l’association : Fred, Mikael, François et moi.
La course la Trinité Cowes (350 miles) organisée par la SNT, permet aux voiliers qui veulent participer à la course du RORC COWES-Dinard, de se rendre sur l’ile de Wight en course. Il n’y a pas de marque de parcours, il faut contourner la Bretagne, traverser la Manche et remonter le Solent.
Le lundi matin après le Briefing et quelques courses, nous embouquons la rivière du Crac’h destination la ligne de départ. Pen Duick III est ici chez lui…
Le vent de nord-est au moment du départ nous promet du portant, nous préparons donc le Spi et la fameuse grande misaine (voile carrée, tenue par un wishbone établie entre les 2 mâts). Quelques minutes avant le départ tout est hissé et c’est bien lancé, tout dessus que nous franchissons la ligne.
Après une période de flottement en raison d’un vent faible et instable, et suite à une bonne option de notre skipper et du tacticien, nous attrapons enfin une veine de vent le long de la pointe de Quiberon et prenons la direction de Penmarc’h.
Les chevaux sont lâchés : tiré par sa grande misaine, très performante et son grand spi, Pen Duick III bien calé sur son bouchain accélère et remonte certains de ses concurrents. Chez ceux-ci, les appareils photos sont de sortie pour immortaliser le passage de la mésange à tête noire numéro 3 dans toute sa beauté.
En fin de journée nous avons droit à un dîner roboratif, très apprécié (merci au skipper à son second !) c’est une tradition sur les Pen Duick on mange bien quelles que soient les conditions ! C’était déjà le cas du temps de Eric Tabarly paraît-il.
Il faut maintenant s’organiser par quart de deux, le skipper et son second étant hors quart prêts à intervenir. La course se poursuit avec des barreurs concentrés et des équipiers optimisant les réglages des voiles.
Pour ceux qui sont hors quart, c’est le moment de rejoindre les bannettes pour récupérer. La rêverie aidant, nous y sommes avec Eric T, Olivier de K, Gérard P, et beaucoup d’autres qui, sur toutes les mers du monde, ont, eux aussi, réglé l’inclinaison de leur bannette en fonction de la gite et se sont endormis bien calés contre la coque, confiant en Pen Duick III qui transperce les vagues sans ralentir .
A Penmarc’h Max et Tanguy décident de passer au vent de la flotte en s’enfonçant dans la baie d’Audierne pour bénéficier du contre-courant favorable. Bien vu ! à l’entrée du Raz de Sein, mardi au petit matin, Pen Duick est dans le premier tiers au contact avec les meilleurs.
Mais il faut maintenant tirer des bords et remonter plein nord contre le courant et contre le vent mollissant, mollissant…
Nous nous accrochons et parvenons à sortir du Four dans l’après-midi avant la renverse.
Il y a maintenant une option a prendre pour traverser la Manche : passer au nord ou au sud de la DST (zone de séparation du trafic). Notre skipper décide de passer au nord pour essayer de limiter les effets de la bulle sans vent qui couvre alors toute la Manche. Ce sera en définitive le choix de la majorité de la flotte.
Mais peine perdue, après une nouvelle nuit d’effort pour faire avancer le bateau sans vent au milieu du rail montant et descendant, il faut se rendre a l’évidence : compte tenu de l’absence de vent pour les heures à venir, confirmée par les prévisions météo, nous ne pourrons pas arriver à Cowes avant jeudi soir, heure de fermeture de la ligne d’arrivée. Avec beaucoup de regret, et comme la majorité des concurrents, nous décidons mercredi en fin de journée de mettre en route le moteur pour rejoindre l’ile de Wight.
Jeudi matin, nous sommes au niveau des Needles et bénéficiant d’une petite brise côtière et d’un courant favorable, nous réussissons à remonter le Solent, à la voile, jusqu’à l’entrée dans la marina de Cowes. Nous entrons dans cette marina mythique, toutes voiles hautes, pour le plus grand plaisir des photographes locaux qui reconnaissent et mitraillent Pen Duick III.
Pen Duick III est maintenant amarré à « sa place » au quai d’honneur entouré de magnifiques voiliers classiques, qui préparent la Classic Week of Cowes et de voiliers modernes, très affutés qui participeront à Cowes Dinard le lendemain.

A la soirée de fin de régate Antoine Croyère, président de la SNT (et administrateur de l'Association Eric Tabarly), se réjouit de la participation de Pen Duick III à cette régate, félicite chaleureusement Maxime le skipper et provoque les applaudissements de l’ensemble des concurrents et la fierté de l’équipage qui arbore les couleurs (chemises) de l’Association Eric Tabarly.
Une belle semaine se termine, merci à Maxime , Brivaël et à tout l’équipage, très compétent et très sympathique. Merci à tous ceux qui ont rendu cette semaine possible.
Longue vie aux Pen Duick sur toutes les mers et longue vie à l’Association qui leur permet de naviguer.

 

Patrice Unal



Afficher toute la rubrique


Déposez votre témoignage
©2010-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales  |  Plan du site