Logo Association Eric Tabarly

Vos témoignages

image par défaut

Chers Amis de la Voile et de la MER,
 
Je remercie tout d'abord mon Fils ainé Pierre-Jean BROCHAND, grand sportif, (qui est lui aussi un Grand Praticien de la Voile depuis son enfance) qui m'a retransmis un mail reçu de vous, car il avait deviné que tout ce qui touche Eric (ainsi que ce qui "tourne" autour de lui et de sa mémoire) ne peut que nous intéresser, que nous soyons résidents de Saint Malo, de Lorient ou autres lieux "forts de sa mémoire".
 
Nous sommes, à Saint Malo, un groupe qui a eu des contacts depuis de nombreuses années tant avec Eric qu'avec d'autres de ses Amis, et je pense entre autres au regretté Raymond LABBE, Charpentier de Marine particulièrement expérimenté (et également "Expert National en matière de Marine en bois" et "Expert auprès du Ministère de la Culture et du Patrimoine", ce qui lui a permis de suivre, après bien d'autres, la construction du grand voilier HERMIONE au Chantier de ROCHEFORT), et qui a construit de si nombreux voiliers traditionnels. Malheureusement Raymond nous a quittés en 2006.
 
J'ai moi-même contribué à développer certains aspects de la Marine et des Ports en créant cinq PROPELLER Clubs, dont celui de SAINT MALO et de LORIENT/Port-Louis. Ce dernier a d'ailleurs choisi pour Marraine notre Amie Jacqueline
TABARLY qui nous a fait l'amitié d'accepter cette "charge", et je mets en copie de ce mail mes Amis de LORIENT afin, si besoin était, de créer un synergie autour de vos projets, mais c'est à eux d'en décider.

Ce message n'est, peut-être, qu'un premier contact; à vous de voir si vous en souhaitez d'autres.

Avec l'assurance de mes meilleurs sentiments amicaux, à la fois en mémoire d'Eric, que de tous les Amoureux de la MER, manifestations d'Amitié également destinés à Jacqueline TABARLY, pour tout ce qu'elle réalise avec tant d'énergie et de volonté.
 
Pierre Y. BROCHAND



image par défaut

En lisant un jour des années 70  que Tabarly avait gagné la Transat devant les anglais qui nous avaient toujours dominés, j’ai eu un sentiment de fierté et l'idée que la Plaisance devenait aussi et enfin... française..! Eric ne m'a plus quitté! Ce fut d'abord un guide, une référence, un phare! Depuis lors je me suis mis à naviguer avec lui à bord sans qu'il le sache. Il a été mon passager clandestin et souvent je me disais «là Tabarly aurait certainement fait ainsi". Surtout dans les moments difficiles en solitaire. Ses livres avec ses astuces je les connaissais presque par cœur et en mer combien efforts de mémoire il m'a fait faire pour me souvenir de ses "astuces" de grand marin solitaire !!


Avec l'âge je me disais je naviguerai tant que le pourrais et tant qu'Eric le pourra aussi. Un phare dis-je!

Quand il a disparu j'ai perdu avec lui un peu mon adrénaline de marin .Maintenant je me suis remis à la voile, (j'avais arrêté en 1999) j’ai 66ans, et je pense à lui à chaque joie ou peur que cette passion m'apporte parce que c'est lui qui a guidé mes premiers bords ; ça ne s'efface pas ! C'était un vrai marin avec un vrai sens marin qui savait la météo sans électronique et qui coupait sa radio dès le départ en course ; son assistance c'était lui et lui seul avec son immense compétence et son esprit endurci de marin visionnaire ! Sans lui je n'aurais pas navigué pareillement car il nous a tous décomplexés. A l’époque de ses premières victoires il n'y avait que  de que des "yachtmen" des "yacht club" et on naviguait en "blazer "bleu marine. Pantalon blanc. Eric est arrivé, la vrai "plaisance aussi derrière lui. Il l'a démocratisée sans la vulgariser. IL lui a donné cette "french touché «inimitable entre simplicité apparente et complexité technique futuriste.

Un homme qui sait arriver premier à New York de nuit, et qui ignorait son classement. Premier sans tambour ni trompette, ç’était tout lui!

Un jour de janvier 1980 je suis allé lui serrer la main au CNIT, à la Défense, et j'ai touché l'Homme comme on touche un Dieu; je suis reparti comme s'il m'avait donné de son talent par sa poignée de main..Certes je ne suis rien mais grâce à lui j'ai navigué avec lui, j’ai cru avoir de son talent sans être dupe de mon état. Et il m'a souvent parlé à l’oreille, mais il ne l'a jamais su.

Merci Eric pour ton talent égal à ta modestie : tout le contraire de moi!


L'année de sa disparition en quelques mois j'ai perdu mon père, Eric Tabarly, et Frank Sinatra, trois façons d'être orphelin, maintenant j'ai des souvenirs, beaucoup.

Je me souviens de Musset parfois :"il n'est pire misère qu'un souvenir heureux dans les jours de malheur".


Comprenne qui voudra!

SALUT MEC! Tu es toujours à mon bord, s’il te plait arrête de m'engueuler je ne progresserai plus ! à plus vieil ami.

PS: Mes respects à Mme Tabarly et bravo à tous ses amis de l'association.

Jean Claude Marie



image par défaut

A l'été 1988, j'ai fait la transat sur "Pen Duick VI" de St Malo à New York, via Terre Neuve. Le skipper était Jean- Marc Hercelin. Au retour, le club Alcyon avait rassemblé les équipages sur une péniche à Paris, prés du Trocadéro, sous la présidence d'Eric Tabarly.
L'hiver 1989, j'ai fait la croisière de "Pen Duick VI" à la Martinique (départ Fort de France, circuit des îles Grenadines, descente côté Atlantique et remontée côté mer des Caraïbes). Le skipper était Arnaud Dhalenne.

Je vais essayer de vous retrouver des photos, mais j'ai déménagé depuis et ces photos sont restées chez mes parents.
Je vais faire de mon mieux; soyez en tous cas assurés de mon soutien et de ma fidélité.



image par défaut
lettre_ric.jpg

J'ai retrouvé la lettre jointe dans mes dossiers.
Peut-être cela vous intéressera-t-il !
Meric de bien vouloir m'accuser réception

Francis Vallat
Président de l'Institut Français de la Mer



Page(s):  1  2  3  4  5  6 

Déposez votre témoignage
©2010-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales  |  Plan du site