Logo Association Eric Tabarly

L'histoire de Pen Duick

Un bateau familial né en Ecosse

Guy Tabarly, le père d'Eric achète Pen Duick en 1938 à la famille Lebec de Nantes. C'est l'époque en France de la naissance de la plaisance et les yachts sont très peu nombreux.

Pen Duick

A 41 ans, Fife est déja l'un des plus grand architecte naval du moment. Son talent va engendrer bien d'autres bateaux. Il construit dans ses hangars de Fairlie, un village situé au sud de l'embouchure de la Clyde. Mais Yum, quant à lui, verra le jour au chantier Gridiron and Workers Carrigaloe, près de Cork en Irlande pour, son premier propriétaire Adolphus Fowler .

En rachetant Pen Duick à son père, Eric Tabarly en devient le quinzième propriétaire. Nous sommes en 1952 et il est âgé de 21 ans. A partir de cette date, il ne le quittera plus. Quand il suit les cours de Navale à Brest, la "mésange" mouille au pied de l'Ecole dans l'anse de Lanvéoc-Poulmic. A son retour du tour du monde à bord de la Jeanne d'Arc où Eric termine son apprentissage de marin de métier, son père vient à sa rencontre dans le goulet de Brest avec le fidèle Pen-Duick. Avec lui, il participe à ses premières courses du RORC dans les années 60. Entre les voyages accomplis autour du globe et les grandes courses, il vient se ressourcer à son bord.

Au fil des milles et des expériences, Tabarly peaufine Pen-Duick pour en faire le voilier unique que nous connaissons. La chirurgie lourde qui permit de sauver le bateau une première fois date de 1958. En plastifiant au chantier Costantini de la Trinité la coque pourrie, Tabarly devient propriétaire du plus grand bateau en polyester de l'époque. Cette opération sera volontairement un obstacle à son classement en tant que "monument historique", mais elle le sauvera de la destruction et rendra sa coque particulièrement solide et saine pour le restant de ses jours.

Courant les mers en course, Tabarly a laissé son bateau offert aux intempéries de trop longues années. Le pont en contreplaqué est totalement détruit ainsi que les superstructures. Vingt ans plus tard, une nouvelle intervention s'impose. En 1983, Pen-Duick est remorqué du Crouesty à St-Malo par Pen-Duick VI pour entrer au chantier de Raymond Labbé. Pendant six ans, en commençant par les aménagements, le chantier Labbé refait complètement le bateau en effectuant petit à petit les travaux adaptés à la bourse d'Eric. Pen-Duick reprend la mer en 1989 à l'occasion des Voiles de la Liberté, le rendez-vous des grands voiliers à Rouen. Basé à Bénodet, il continue de labourer la mer bleue de Bretagne sud. Dans les années 90, il goûte aux charmes des compétitions méditerranéennes en participant aux régates dorées de Monaco, Cannes et St-Tropez où il côtoie des bateaux issus de la même planche à dessin et qui fêtent comme lui son centenaire, ou presque ! Tous participent au renouveau de la belle plaisance.

En mai 98, pour son véritable centenaire célébré à Bénodet par une foule d'admirateurs et d'amis, Pen-Duick n'a jamais été  aussi beau. " Il n'a jamais connu une peinture de coque aussi réussie" avoue Eric. A la manière d'une noce bretonne, l'anniversaire du premier et du dernier bateau d'Eric Tabarly va durer trois jours pleins. Huit yachts du début du siècle dessinés, comme Pen Duick, par l'architecte William Fife, font honneur à l'ancêtre. Point d'orgue de cette fête unique : la remontée de l'Odet dans un écrin de verdure orné au printemps de bouquets de rhododendrons rouges sang. Sous voile de cape et trinquette, Pen Duick entouré des siens effectue un bel aller et retour sur la rivière, salué sur son passage par la foule, et de loin en loin, par le son des cors de chasse faisant écho sur les rives. Une semaine plus tard, Eric a décidé de participer avec son bateau à la fête donnée en l'honneur de l'architecte Fife. Il appareille en direction de l'Ecosse. C'est sa dernière navigation. Malgré l'absence du maître, un équipage de fidèles a terminé le convoyage. Pen Duick est à Fairlie. En le voyant naviguer tout dessus parmi ses pairs, les observateurs émus n'ont d'yeux que pour son barreur.

Aujourd'hui 

Propriété de la famille Tabarly, Pen Duick est confié à l'Association Eric Tabarly en 2002. Soigneusement désarmé, passant l'hiver sous un hangar à Lorient, il est mis à l'eau chaque printemps sous la houlette de l'Association Eric Tabarly qui l'entretient et organise ses navigations. En cours de saison, le bateau participe aux  rassemblements de la " belle plaisance ". Il pousse parfois jusqu'en Méditerranée pour courir, avec les bateaux de sa race, les régates de Cannes et de Saint-Tropez.

En 2016, on constate après investigations que la coque réalisée en 1958 par Eric Tabarly pour sauver son bateau, est rongée par les années. Son vieillissement nécessite une rénovation complète qui sera entreprise par ses propriétaires.

 

texte fourni par le Groupe Banque Populaire 

© Daniel Gilles

actualisation décembre 2018



Palmarés de Pen Duick

LES GRANDES DATES DE PEN DUICK, DE 1935 À 2007.

1935La famille Lebec achète « Butterfly » et le rebaptise « Pen Duick »
1937-1938Guy Tabarly devient le 13ème propriétaire du voilier acheté à la famille Lebec.
1952Eric Tabarly achète Pen Duick à son père
1956-1958Une nouvelle coque en verre-polyester est moulée sur la carène en bois
1959 – 1962Eric Tabarly participe à de nombreuses courses en Manche et Atlantique, Pen Duick est désarmé fin 1962 pendant 21 ans
1983-1989Restauration de Pen Duick au chantier de Raymond Labbé
19 juillet 1989Présentation de Pen Duick restauré aux Fêtes de la Liberté à Rouen
Décembre 1989Pen Duick est présenté au salon nautique de Paris
Juillet 1992Participe à Brest 1992
7 août 1992Régate Fowey-Falmouth, 1er contre Tigris et Pazienza
16-20 sept. 19921er en réel et en compensé en classe B au 7ème rassemblement de Yachts d’Epoque d’Imperia, en Italie à bord de Pen Duick.
18-21 avril 1996Participe avec les autres Pen Duick au premier Festival de la Mer à Saint-Malo
29-31 mai 1998Fêtes du centenaire de Pen Duick à Bénodet
12-13 juin 1998Disparition en mer d’Irlande d’Eric Tabarly, au cours d’un convoyage vers l’Ecosse.
Septembre 1998Pen Duick au chantier: réfection du pont, sortie du moteur, remise à niveau du système hydraulique. Quelques membrures sont changées, coque poncée et repeinte.
11 au 14 nov. 1999A Lorient pour le rassemblement des Pen Duick pour fêter la future Académie Eric Tabarly
Décembre 1999Est exposé au salon nautique de Paris
Eté 2000Participe à Best 2000 avec les autres Pen Duick
2002Contrat avec Les Banques Populaire permettant l’entretien des 5 Pen Duick.
31 mai 2004En compagnie de Pen Duick II et de Pen Duick VI à Plymouth pour le départ de la course The Transat, 40 ans après la victoire d’Eric en 1964 avec le II et 28 ans après sa victoire sur Pen Duick VI
Septembre 2004Réfection du pont au chantier
14-17 juillet 2005Tall Ship Race à Cherbourg rassemblement de tous les Pen Duick
Eté 2006Participe au Challenge Classique Atlantique avec Pen Duick II
30 Sept.2006Participe avec les autres Pen Duick au 25ème anniversaire de la Nioulargue à Saint TROPEZ et aux régates royales de Cannes
17 -20 mai 2007Participe avec Pen Duick II et Pen Duick V à la 4ème semaine du Golfe



A bord de Pen Duick

Les embruns qui montent de l'avant couvrent le cockpit. Le soleil est toujours présent pour sécher nos tignasses mouillées. Nous passons par le travers des Birvideaux, en route sur Groix.

Le vent a encore fraîchi et Eric est assis en avant du cockpit. Les bras croisés, il contemple son vieux compagnon. Pense-t-il aux cavalcades de l'hydrofoil lancé à trente noeuds ? Au calme équatorial de la mer des Sargasses ? Savoure-t-il simplement le bonheur du moment présent ? Son visage est impénétrable. Par moment une vague plus forte éclate à l'étrave, douchant le pont tout entier tandis que le barreur est emporté un instant sous le vent.  

Un grain monte porté par un nuage noir. Dans un premier temps Pen-Duick accélère sous la poussée, puis gîte fortement. En larguant un peu d'écoute le gréement est soulagé un court instant. Eric hésite à manœuvrer. Mais le vent rentre toujours et le pont est désormais envahi par la mer. Tant et si bien que de plus en plus gîté, nous perdons de la vitesse et sommes bientôt littéralement stoppés. Se redressant, le bateau passe subitement sur sa barre. Il se retrouve alors sur l'autre amure. Il y a cinquante nœuds de vent. Dans un premier temps, nous donnons de la drisse de pic pour ouvrir la chute, mais cette foutue grand voile aurique est décidément géante. A la manière des chevaux rétifs pour lesquels les supplications du maître ne peuvent rien, Pen-Duick ne répond plus. Il faut saluer en grand et rentrer toute la toile. Et pour cela : raidir la balancine, donner du pic et du guindan en même temps pour amener la vergue horizontalement au pont. Le cotre est désormais redressé. Sous sa trinquette seule, au près, il ne peut faire route, mais le gréement est soulagé. En abattant, il prend rapidement de l'erre. Dans cette folle sarabande, un moment sans bastaque, le mât de pitchpin a tenu bon. Le sombre grain continue vers Quiberon et la lumière renaît avec la brise redevenue maniable. Nous faisons route à nouveau sur le port de Groix sous grand voile à un ris et trinquette. Inlassablement, fouillant l'eau de son bout-dehors, Pen Duick progresse de toute la masse de ses onze tonnes. " 

© Daniel Gilles



flècheRetour à la fiche Pen Duick
©2010-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales  |  Plan du site